Simple comme l’essentiel

La simplicité comme une ascèse, une libération, un allégement. Est-ce si difficile d’être simple ? Simplifier pour épurer et se libérer de toutes les gangues. Un et multiple. Le double n’est que le reflet du simple. Pas de duplicité. Simple comme l’enfant. Simplicité de l’innocence, nostalgie de la simplicité dans nos vies de mille-feuilles. Trop deLire la suite « Simple comme l’essentiel »

En pays de connaissance

D’où êtes-vous ? D’où viens-tu ? Pourquoi me poses-tu la question ? Tu veux connaître mon histoire ou plutôt mon parcours. Parcours, ce mot plus précis que mon histoire car j’ai parcouru un long chemin, j’ai voyagé jusqu’ici et toujours je pérégrine. D’ailleurs, je suis de passage, comme toi qui te crois installé. Tous nos voyages sont auLire la suite « En pays de connaissance »

S’émerveiller. Simplement s’émerveiller.

S’émerveiller, c’est regarder autrement, regarder avec reconnaissance. Rien de niais ni de naïf dans cette attitude. C’est regarder avec reconnaissance la vie, sa beauté et son mystère. C’est contempler la merveille, c’est-à-dire ce qui est digne d’admiration. C’est recevoir et accepter cette merveille qu’on voudrait pénétrer et qui restera peut-être, qui restera souvent, au-delà deLire la suite « S’émerveiller. Simplement s’émerveiller. »

Joyeux Noël. Joie, joie, joie…

La joie comme le feu. Quand la tristesse abat, la joie irradie. Quand la tristesse isole et enferme, la joie se partage. Oui, il n’est de joie que partagée. La joie est toujours reçue, un don si on veut bien la reconnaître pour tel. Quelle réception ferons-nous à cette joie ? À la joie débordante,Lire la suite « Joyeux Noël. Joie, joie, joie… »

La réalité au goût de pain

Ces mots de Jean Anouilh que je découvre ce matin : « J’aime la réalité : elle a un goût de pain ». Réalité comme le pain de la quotidienneté, épaisse miche villageoise de Bourgogne ou fine galette cuite sur la pierre brûlante d’une communauté du Haut-Atlas, « fruit de la terre et du travail des hommes ». Ce goûtLire la suite « La réalité au goût de pain »

Hospitalité. Sans restriction possible

Hospitalité : Quel verbe accompagne ce mot ? C’est toujours donner ou offrir l’hospitalité, ou bien la recevoir. L’hospitalité est synonyme de rencontre, mais une rencontre qu’on accepte chez soi, un accueil, une réception au risque de l’inconnu car même si on accueille un proche ou un ami déjà rencontré, l’hospitalité suppose de lui faire deLire la suite « Hospitalité. Sans restriction possible »

Passer outre avec Soulages

« C’est quand on perd le chemin qu’on commence le chemin ». Abbaye Sainte-Foy de Conques dans l’Aveyron. En 1992, Pierre Soulages, en refait les vitraux. Il disait alors qu’il avait cherché à produire « une lumière métaphysique. Je voulais un verre qui isole de l’extérieur et en même temps un verre qui soit émetteur deLire la suite « Passer outre avec Soulages »

Les murs blancs de nos vies

N’aie pas peur d’élargir les marges, de faire de la place au vide dans ta vie. Pourquoi faudrait-il être comblé ? Cette épithète est un mot dangereux. On comble un trou, une faille. Dès lors, devons-nous être comblé ? La vie n’est pas faite pour le comblement. Seule la fosse dans laquelle on nous enterrera un jourLire la suite « Les murs blancs de nos vies »

Toujours curieux de toute beauté 

Non, la curiosité n’est pas un vilain défaut, comme on le dit trop souvent aux enfants curieux qui veulent tout connaître du monde qui les entoure, tout comprendre, et se brûlent les doigts en les approchant de la flamme. La curiosité fonde l’expérience et l’expérience est le plus sûr accès à la connaissance. Oui, laLire la suite « Toujours curieux de toute beauté « 

Dans la respiration universelle

Pour en finir avec le dualisme. Complémentaire, pas contraire ! La mort n’est pas le contraire de la vie, L’expire n’est pas le contraire de l’inspire. Tout s’inscrit dans l’infinie et permanente respiration qui donne le tempo de la Création. Tout se vit dans le rythme et l’harmonie qui produit l’universel dans l’unité. Ce qui alterneLire la suite « Dans la respiration universelle »