Une simple impression

“Impression, soleil levant“, c’est un célébrissime tableau de Claude Monet. Le soleil y émerge d’une brume enveloppante, tout semble encore nébuleux, comme nos souvenirs, ces impressions enfouies dans notre mémoire, ce que tu as imprimé, sans en vouloir garder la précision des faits, seulement ce qui en a été une perception fugace. Affleurement de laLire la suite « Une simple impression »

Corps, esprit et âme

Regarde cette pierre cubique. Elle a trois dimensions, longueur, profondeur et hauteur, toutes égales. Ainsi est la pierre cubique et il ne viendrait à personne l’idée de ne s’intéresser qu’à sa seule hauteur. La pierre cubique n’existe qu’en trois dimensions, elle est ces trois dimensions qui la font pierre et lui donne son poids, saLire la suite « Corps, esprit et âme »

Sur le chemin de crête

Ce chemin de crête, c’est le sentier de nos incertitudes. C’est l’endroit le plus beau de la terre, loin des conformismes de la plaine paresseuse et de ses autoroutes de certitude. N’ai pas peur de l’incertitude. Elle te tient en vie. Elle n’est pas le relativisme où tout se vaut. C’est le sentier de laLire la suite « Sur le chemin de crête »

Simplement là, totalement là

Zénith et Nadir. Là debout. Je suis là, simplement là, totalement là. Et tout le reste, totalement relié, Orient et Occident, Midi et Septentrion. Là et pas ailleurs mais dans ce là, immense, infini. Plus rien d’étroit. Là où toute distance disparaît, là que le temps décide d’abolir. Là, seulement là, uniquement là. Là oùLire la suite « Simplement là, totalement là »

La force de la gentillesse

Oui, nous avons besoin de gentillesse. C’est un superflu si nécessaire. La gentillesse aurait-elle disparu de nos mœurs que nous nous étonnons de sa manifestation, de son expression, comme d’un sourire du ciel dans un monde de brutes ? La gentillesse n’est ni niaiserie ni naïveté. Elle est un raffinement qui nous fait humains, qui nousLire la suite « La force de la gentillesse »

Élargissement du domaine du sacré  

Le profane n’est pas le contraire du sacré, il est juste ce qui n’est pas encore sacré, ce qui n’a pas encore pénétré dans l’espace sacré. Comme en attente. Sur le parvis. Tout est sacré. N’est profane que ce que nous profanons. Il ne tient qu’à nous et à la puissance d’ouverture de l’esprit d’élargir la respirationLire la suite « Élargissement du domaine du sacré  « 

Ésotérique. Au gouffre de la pensée

Tu as dit “ésotérique“. Amateur de spéléologie, bienvenue à toi. Couvre-toi la tête d’un bon casque, allume ta lampe frontale et n’oublie pas tes cordes de rappel avant de plonger dans les gouffres oubliés. Visite l’intérieur de la terre…  Toujours des trésors cachés, des grottes Chauvet de la pensée, des messages laissés par la TraditionLire la suite « Ésotérique. Au gouffre de la pensée »

Symbolique de la haie

La lecture de mon quotidien favori m’apprend ce matin que l’État va fortement subventionner la plantation de haies dont les deux tiers ont disparu en cinquante ans pour cause de remembrement agricole au profit de l’agriculture intensive et mécanisée. Il s’agit désormais de replanter 7.000 km de haies en deux ans car on s’est renduLire la suite « Symbolique de la haie »

L’œil du cœur grand ouvert

Ouvrir l’œil du cœur, c’est ne plus voir à courte vue en se limitant à ce qui apparaît, à ce qui ne nous est qu’apparent. Ouvrir cet œil du cœur, grand, l’ouvrir toujours, l’entraîner sans cesse à élargir le regard dans la clairvoyance du mystère de mes frères, de la vie qui jaillit, de laLire la suite « L’œil du cœur grand ouvert »

Traduire, c’est trahir. Pas si sûr !

Connais-tu cette statue de Moïse par Michel-Ange où le prophète est affublé de deux cornes en haut du front ? Cette sculpture qu’on peut voir encore à Rome dans l’église Saint-Pierre-aux-liens ne cesse de nous étonner mais pour les contemporains de Michel-Ange, elle n’avait rien d’incongru. C’était la fidèle transposition dans le marbre du texte de laLire la suite « Traduire, c’est trahir. Pas si sûr ! »