À midi plein

Alors que nous venions de commenter l’expression “De midi à minuit“, tu nous interroges sur le bien et le mal. « Le bien peut-il exister sans le mal ? », demandes-tu comme dans une évidence qui induit déjà une réponse qui ferait du mal l’avers inévitable du bien. Immense question que toutes les civilisations se sont posée. Qu’est-ce que le mal ? Bien et mal sont-ils les deux faces de la même pièce manichéenne ? Non, j’ai l’intuition que le mal est au bien ce que l’ombre est à la lumière, cette lumière que les ténèbres n’ont pas connue. La lumière n’a pas besoin de l’obscurité pour être la lumière.

À midi, il n’y a pas d’ombre. Dans la lumière zénithale, dans ce midi plein, le bien est plénitude. Ce midi est le temps qui transfigure le temps, l’instant éternel, que d’aucuns appellent sacré, où réside le bien. Il ne tient qu’à nous de nous y laisser happer. Sacré, car n’est profane que ce que nous profanons. Midi plein. La seule éternité se vit au présent, comme l’infini se vit dans l’instant éternel. Un après serait illusoire, insuffisant. « Toi-même crée le temps, tes sens forment l’horloge. Arrête donc en toi le balancier, et c’en est fait du temps », nous dit Angelus Silesius dans son ineffable Pélerin chérubinique. C’est quand on s’éloigne du midi plein que les ombres s’allongent – pas seulement la nôtre – , que l’obscurité se fait et que le mal apparaît. Dans un célèbre discours, le pasteur Martin Luther King proclamait que « L’obscurité ne chasse pas l’obscurité, seule la lumière peut le faire. La haine ne peut pas chasser la haine ; seul l’amour le peut ».

La lumière n’a pas besoin de l’obscurité. Elle est la lumière et l’ombre n’existe que par rapport à la lumière, le mal n’a pas d’existence propre. Est-ce à dire que le mal n’existe pas ? Non, l’ombre aussi est une réalité, c’est le mal des calamités qui nous affligent ou le fruit vénéneux de l’intelligence des hommes, ce qu’on appelle génie du mal. Il suffit de relire le Livre de Job, bien et mal sont au cœur de l’infini mystère de la vie. Mais, même dans la nuit, je sais la présence et l’infinie puissance de la lumière. Dans la lumière de midi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :